RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN

MINISTÈRE DE LA JUSTICE

Ce site web est le canal officiel de diffusion des informations au Ministère de la Justice du Cameroun

Emmanuel SIBIDI DARANKOUM est le nouveau Secrétaire Permanent de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires depuis le 31 janvier 2019, date du dernier Conseil des ministres tenu à Libreville au Gabon.

La cérémonie d’installation de ce tout nouveau patron s’est déroulée le 30 août 2019 dans la salle de conférence du siège du Secrétariat Permanent à Yaoundé. Etaient présents outre la présidente du Conseil des ministres de l’OHADA Ruth MONTEIRO, Ministre de la Justice et des droits de l’homme de la République de Guinée Bissau, qui présidait la cérémonie ; le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des sceaux de la République du Cameroun, Laurent ESSO.
Partis du ministère de la Justice la veille où ils ont eu une audience avec le Ministre de la Justice Laurent ESSO, la délégation composée de Ruth MONTEIRO, présidente en exercice du Conseil des Ministres de l’OHADA, Dorothé COSSI SOSSA, Secrétaire Permanent sortant et Emmanuel SIBIDI DARANKOUM, Secrétaire Permanant entrant ; s’est retrouvée ce 30 avril autour de plusieurs invités pour la cérémonie de passation de service au Secrétariat Permanent.
Le moment « M » de cet évènement d’envergure a été précédé par les prises de parole de Dorothé COSSI SOSSA, Emmanuel SIBIDI DARANKOUM, et Ruth MONTEIRO.
Prenant donc la parole, Dorothé COSSI SOSSA a tout d’abord salué la présence du Ministre Bissau guinéen Ruth MONTEIRO dont le séjour sur le sol camerounais en revêt une double signification notamment, la traditionnelle tournée du Conseil des ministres dans les pays membres de l’institution ; et la supervision de la cérémonie de passation de service. Une présence dont il a profité pour transmettre sa sincère reconnaissance aux homologues du Conseil des ministres, qui lui a fait confiance durant les 08 années qu’il a fait à tête de l’OHADA. Le Secrétaire Permanent a également exprimé sa gratitude à l’endroit du Ministre Laurent ESSO, qui non seulement a rehaussé par sa présence les couleurs de l’évènement, mais qui au quotidien est de bon conseil pour que se poursuive l’action de l’OHADA. Il a enfin remercié le personnel du secrétariat permanent dont l’humilité, le courage, le sacrifice, le dévouement ne seront jamais vraiment récompensés, et leur a exhorté d’apporter le même soutien à son successeur. Un successeur à qui d’ailleurs il a souhaité le meilleur. Dorothé COSSI SOSSA laisse une institution en plein essor, qui aujourd’hui jouit d’un certains prestige ; prestige qu’il espère être toujours préservé.
« l’OHADA n’existerait pas sans son poumon qui est le Conseil des ministres, je vais donc remercier mes pères pour le choix porté à mon endroit pour présider aux destinées de cette institution qui est chargée de garantir la sécurité juridique et judiciaire dans les état-partis », par ces propos, Emmanuel SIBIDI DARANKOUM s’est dit reconnaissant de l’opportunité qui lui a été donnée. Il a dit sa fierté de faire partie de cette grande famille. Parmi les conseils à lui donnés et qu’il n’hésitera pas à appliquer a-t-il dit, figurent en pôle position ceux du Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux de la République du Cameroun, Laurent ESSO qui, dès le premiers instants de leur rencontre lui a rappelé les défis qui sont les siens dans ce nouveau bateau. Défis parmi lesquels la construction du nouveau siège, les cotisations des membres, la célérité judiciaire par la maîtrise des coûts, la délocalisation des formations pour atteindre le plus de cibles et la création d’un master.
Depuis sa nomination comme Secrétaire Permanent, Emmanuel SIBIDI DARANKOUM n’a pas dormi sur ses lauriers. Il s’est lancé à la conquête de nouveaux chantiers, qui pourront davantage assurer le rayonnement de l’OHADA. Des chantiers qui peuvent se compter dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication avec les actes uniformes sur les transactions électroniques ; le conflit de loi et la circulation des actes d’autorités qui posent encore des problèmes ; l’effectivité de la justice privée (OHADA, ARBITRAGE…) et le développement durable. Et tout ceci ne sera possible que si le travail est fait main dans la main, a-t-il renchérit.
C’est le discours solennel de la présidente en exercice du Conseil des Ministres de l’OHADA qui va mettre un terme aux allocutions officielles de la cérémonie de circonstance. D’entrée, elle a remercié le Secrétaire Permanent sortant pour le travail exemplaire accompli pendant ses 02 mandats à la tête de l’Organisation. À l’endroit du Secrétaire Permanent entrant, elle l’a exhorté à « maintenir allumée la flamme de l’OHADA et œuvrer pour un rayonnement toujours plus prononcé de l’Organisation ».
Le dernier moment de la cérémonie de passation de service entre le Secrétaire Permanent sortant, Professeur Dorothé COSSI SOSSA, et le Secrétaire Permanent entrant, Professeur Emmanuel SIBIDI DARANKOUM, sera marqué par la signature du Procès-Verbal et l’échange de témoins. Il convient de relever qu’une photo de famille a archivé la cérémonie de passation de service à la tête du Secrétariat Permanent de l’OHADA.
Né au burkina faso, Emmanuel SIBIDI DARANKOUM est professeur à la Faculté de droit et œuvre dans le cadre des activités du CDACI. Il enseigne le Droit de l'Arbitrage Commercial International, le Droit des Contrats Internationaux, le Droit des Relations Economiques Internationales et le Droit de l'Entreprise. Ses projets de recherche sont présentement canalisés vers les problématiques touchant l'ALÉNA et l'OMC, d'une part, et les pays en développement, d'autre part. Il a d'ailleurs donné de nombreuses conférences sur ces problématiques au Québec et en Afrique de l'ouest. Il a à son actif plusieurs ouvrages parmi lesquels « La pérennité du lien contractuel dans la vente commerciale OHADA » ; « La protection du contrat dans l'avant-projet d'Acte uniforme OHADA sur le droit des contrats : conclusion, exécution et remèdes en cas d'inexécution » ; « Le critère de privation substantielle ».