RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN

MINISTÈRE DE LA JUSTICE

Ce site web est le canal officiel de diffusion des informations au Ministère de la Justice du Cameroun

 L’Inspecteur général des Services judiciaires du Ministère de la Justice Jean-Marie BONGUENO, à ses côtés le Secrétaire général du Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire Jean TCHOFFO, qui le Comité de suivi des programmes économiques du Cameroun, a coordonné la séance de travail relative à la 5ème mission de revue du Programme économique et financier du Cameroun le lundi 28 octobre 2019, au Ministère de la Justice.

De gauche à droite : Marie EBELLA NOAH, Jean TCHOFFO, Jean-Marie BONGUENO, Amadou SY

L’équipe du Fonds monétaire international avec à sa tête Amadou Sy était à Yaoundé pour discuter de la 5ème revue du programme soutenu par la Facilité élargie de crédit, qui sert au financement et au redressement de secteurs jugés critiques de l’économie nationale. Approuvé en juin 2017, cet accord triennal qui court de 2017 à 2020 a été approuvé et ratifié le 26 juin 2017 par le Cameroun et le Fmi. L’étape dévolue au Ministère de la Justice a eu lieu dans la salle des conférences, en présence d’un côté, les experts de l’institution de Bretton Woods dont Amadou SY, David BLACHE, Fabien NSENGIYUMVA, Prince TCHAKOTE et de l’autre, les experts du Droit au Cameroun parmi lesquels, le Directeur de la Législation au Ministère de la Justice Dr Gaston KENFACK DOUAJNI, le Directeur des Affaires pénales et des Grâces Amadou SOULEY, le Directeur des Affaires générales Marie EBELLA NOAH et le Directeur des Droits de l’homme et de la coopération internationale Helene Galega.

De gauche à droite : Amadou SOULEY, Helene GALEGA, Dr Gaston KENFACK DOUAJNI

LA PARTITION DU MINJUSTICE

Le cœur des échanges a porté sur les mécanismes de résolution des conflits bancaires, l’existence dans la loi Camerounaise de textes relatifs à la protection du droit des affaires et la question des infrastructures. Cette dernière a établi une prospective sur les besoins, leur implication sur la conduite des affaires judiciaires et leurs résultats sans doute satisfaisants pour tous. Satisfaits du fond des échanges, du fait que le Minjustice par anticipation a déjà, premièrement, commencé à former les Magistrats à la résolution des conflits bancaires, une formation dont la 1ère cuvée est sur le terrain depuis bientôt un an, ensuite du fait que le Droit Ohada dont le siège verra d’ici peu le jour en plein cœur de la capitale camerounaise, fait désormais partie intégrante de la pratique judiciaire au Cameroun, les membres de la délégation du Fmi s’en sont retournés rassurés quant à la suite à donner à ce processus d’assainissement des finances publiques camerounaises, opération engagée depuis le 26 juin 2017, via ce programme triennal de réformes macroéconomiques avec le Fmi, programme appuyé par la facilité élargie de crédit dont le montant total culmine à quelques 400 milliards de francs CFA qu’est le FEC.

La partition du Minjustice aura été tellement déterminante qu’Amadou SY, le chef de cette délégation d’experts du Fmi en mission d’évaluation au Cameroun a, dans son rapport de fin de mission, précisé que l’équipe souhaite remercier les autorités camerounaises pour leur hospitalité, leur coopération et leur dialogue constructif. Il est bon à préciser que cette mission d’évaluation des efforts du Cameroun à engager et poursuivre les réformes à objectifs quantitatifs et structurels pouvant booster en premier lieu son économie a intégré, non seulement les administrations publiques au nombres desquelles le Ministère de la Justice, le Ministère des Finances et celui de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, mais aussi des organismes et entreprises parapubliques telles que la Cameroon Airlines Corporation-Camair, la Société nationale de Raffinage-Sonara et la Cameroon postal services ainsi que des entreprises du secteur privé à travers le Groupement inter patronal du Cameroun-Gicam.
Ces performances agréées par la 5ème mission d’évaluation du Fmi du 28 novembre au 8 décembre 2019 au Cameroun ont ouvert la perspective sur le décaissement, en principe au mois de décembre 2019 dernier, d’un montant 45 milliards de francs CFA, toujours pour soutenir l’économie nationale.